Ndop : tissu traditionnel Bamiléké, Cameroun

Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Avez vous déjà fait l’exercice de citer à la suite et sans réfléchir au moins 5 tissus traditionnels Africains? Parmi ces 5 tissus, le Ndop vous est-il déjà venu à l’esprit?

Eh bien, moi un jour j’ai fait l’exercice, et j’ai dû réfléchir au bout de 4 tissus cités. J’ai eu honte, et je me suis dit qu’il fallait immédiatement rectifier ça. L’Afrique est riche de tissus traditionnels qui méritent d’être au moins aussi bien connus et valorisés que le wax qui n’en est pas un. Au fil des articles sur ce blog, je m’évertuerai donc à vous présenter les tissus traditionnels Africains individuellement afin de pouvoir aller au mieux dans le détail et leur faire honneur comme ils le méritent. Le premier à passer à la revue est donc le Ndop. Les Bamiléké, vous êtes là? Si oui, dites moi ça en commentaire.

Je vous emmène donc au Cameroun, faire un tour dans la tradition Bamiléké (peuple de l’Ouest Cameroun en Afrique centrale) à travers son tissu sacré, le Ndop!

Histoire & Usages

Le Ndop encore appelé Dze Ndouop ou Nji Ndop, est le tissu traditionnel royal et rituel Bamiléké. C’est un tissu ancestral dont les spécimens les plus anciens datent du 15e siècle. D’ailleurs des étoffes très vieilles et difficiles à dater sont conservées jalousement au sein de la chefferie Baham.

Initialement, Le Ndop (le vrai) est un tissu sacré que seuls la royauté, les notables et les membres des sociétés secrètes Bamiléké ont le droit de porter car ils sont les gardiens de la tradition. Ce tissu qui était porté noué à la taille ou passé entre les jambes, ne pouvait être vendu et sa transmission se faisait de génération en génération. Il se disait accompagné de l’esprit des ancêtres de la famille qui le possède. Ainsi, des personnes non initiées ou qui n’en auraient pas hérité ne devaient pas le porter de peur d’être frappé par les esprits.

Le Ndop est arboré lors de cérémonies rituelles, de parades et grandes manifestations traditionnelles, de deuils (par les parents du défunt et les dignitaires), d’intronisations et funérailles. Il sert aussi à orner la loge du Roi lors de cérémonies, les lieux des funérailles de notables, membres de la royauté et des sociétés secrètes.  Il recouvre aussi la dépouille du Roi et des notables lors de leur enterrement.

On voit ainsi le caractère sacré qu’à cette étoffe dans la tradition Bamiléké ainsi que son importance historique sociale et culturelle.

Fabrication & Symbolique

L’identité si unique du Ndop se trouve dans sa méthode de fabrication, ses teintes spécifiques (blanc & indigo) et la richesse de ses symboles.

Pour réaliser le Ndop, des bandes blanches de coton tissé (au nord Cameroun) sont assemblées bord à bord. Ensuite, les femmes Bamiléké (ouest Cameroun)  s’attellent à l’aide de fil de raphia à dessiner d’un point serré les différents symboles. C’est un travail long et fastidieux qui peut durer 1 mois sur un tissu de 15 m de côté. Le tissu est ensuite teint en bleu indigo par la méthode de teinture à la réserve afin d’éviter que le colorant ne d’incruste dans certaines partie du tissus (notamment au niveau des symboles protégés par le raphia). L’étoffe est exposée au soleil pour obtenir la bonne nuance de couleur. Enfin, les fils de raphia sont enlevés révélant ainsi les magnifiques symboles propres au Ndop. Au final, ce travail artisanal qui se transmet de génération en génération ou lors de l’acquisition de titres de notabilité fait de chaque étoffe une oeuvre unique.

Les symboles représentés sur cette étoffe ne sont pas fait au hasard, il obéissent à des codes spécifiques stricts et sont porteurs de différents messages (sagesse, fécondité, force, réincarnation, prospérité, …). Ces symboles qui ne sont pas à la portée des profanes, ont besoin d’êtres expliqués pour être compris. La couleur blanche de l’étoffe est symbole de pureté et la couleur bleue représente l’eau symbole de la vie terrestre.

Le port du Ndop est souvent associé à d’autres symboles clés de la culture Bamiléké : Le TAK ou coiffe AKA (connu vulgairement sous le nom de Juju hat) qui est l’énorme coiffe rituelle faites de plumes visibles sur les photos, Le Mbap Mteng (masque éléphant), et le Sé Leng Koko (queue de cheval). Je reviendrai dans le détails sur chacun de ces éléments, leur histoires et significations dans les prochains articles.

Quand le Ndop inspire la déco et s’invite dans notre garde robe …

De nos jours, “des imitations” de Ndop sont fabriqués de façon industrielle avec la technique de production du tissu Wax. Le port du tissu se démocratise (les tissu ancestraux et de fabrication artisanale originale restent néanmoins réservés aux élites). Les motifs sont parfois dénaturés ou d’autres symboles ajoutés par les fabricants les moins scrupuleux.

la question de savoir si la démocratisation de ce tissu sacré qui est un patrimoine culturel et artistique du Cameroun et plus précisément du peuple Bamiléké le met en danger reste ouverte!

D’ailleurs, ce patrimoine s’est exporté avec la marque Hermès qui s’en est inspiré pour fabriquer des carrés de foulard en soie sur lesquels ont peut apercevoir les motifs graphiques spécifique du ndop, le masque éléphant au centre coiffé du TAK (juju hat) traditionnel. Sur les côté on obseve les formes des maisons traditionnelles Bamiléké.

Et Vous? Connaissiez-vous le Ndop? Si non qu’en pensez vous? Et pour tous, pensez-vous qu’il est intéressant que cette étoffe Bamiléké soit autant démocratisée?

Sources images : Old Chum sur flickr; virginia.edu; thespruce.com; clevelandart.org; julietmaingi.net; food.jumia.ma; maison-marie.fr; soho hotel Londres; thepaintstoreonline.com; camer237

Partager sur

Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Krol

Krol

Krol est une blogueuse passionnée par la découverte de la richesse culturelle et intellectuelle de l'Afrique.

vous aimez cet article?

Nous avons beaucoup plus que çà! Rejoignez nos abonné(e)s qui restent en tête du peloton.

vous pourriez aussi aimer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de Krol

Krol est une blogueuse passionnée par la découverte de la richesse culturelle et intellectuelle de l’Afrique.

Suivez-nous

@fierte.africaine.blog

Découvrez nos dernières nouvelles sur Instagram.

@kroldiy_blog

Découvrez nos dernières nouvelles sur Twitter.

Récents Articles